Stages de fabrication de ruches en vannerie

Face aux problématiques multifactorielles dont souffrent les abeilles, nous pourrions être tentés de baisser les bras, ce serait sans doute la pire des solutions, c’est au contraire maintenant qu’il faut relever nos manches et nous battre pour que vivent encore longtemps les abeilles sauvages.

Fabrication d’habitats naturels

Bien connus par nos pères et grands-pères, la fabrication de ruches maison était à l’ordre du jour dans chaque ferme. De la même façon qu’on tressait des paniers pour les besoins de la maison et le travail dans les champs.  Pour offrir un habitat sain aux colonies, nous avons réappris à tresser des ruches avec les matériaux naturels, cueillis dans la forêt ou au jardin. Nous allons les appeler des nichoirs ou bien des ruches de conservation ou de biodiversité. Les colonies ne seront ni ouvertes, ni traitées avec des produits chimiques et de préférence pas récoltées. Pourquoi ?

Le concept de ruche de biodiversité

Il prend le contre-pied de l’apiculture classique de production (miel, pollen, propolis, etc.). Le principe s’oppose aux excès d’interventions réalisées sur la colonie d’abeilles, qui sont au moins partiellement responsables des fragilisations dont souffre aujourd’hui cet insecte.

La ruche de biodiversité permet d’offrir un gîte le plus proche possible de son abris naturel à l’abeille (le vieil arbre creux ou l’anfractuosité de rocher, ruche tressé ou en bois )… Mais aussi de laisser les abeilles évoluer seules en limitant les interventions au strict minimum.

À besoins nouveaux, solutions nouvelles. Il y a seulement quelques décennies, personne n’aurait imaginé le besoin d’aider les abeilles mellifères sauvages. Le renouvellement et le développement de leurs colonies se faisait spontanément… Mais nous sommes aller si loin dans les perturbations (techniques apicoles, destruction d’habitats, empoisonnements chimiques) que nous devons aujourd’hui repenser le modèle apicole avec un souci prioritaire de diversification.

Il n’y a pas un « nid idéal » ou une façon de faire meilleure que l’autre, il y a de multiples manières d’entrer dans cette démarche et beaucoup de choses restent, non pas à inventer, mais à ré-imaginer. Pas à inventer, car en matière d’apiculture, tout a déjà été inventé ! Par contre, beaucoup de bonnes choses sont tombées dans l’oubli, comme l’intérêt des ruches fixes (sans cadre)…

Stage

Au programme : acquisition de notions de deux techniques de vannerie au choix.

La ruche en paille sera réalisée en tressage spiralé cousu sur une base en bois.
Un autre type se réalise à partir d’un squelette en châtaignier et se tresse comme un panier classique. Cette ruche aura une forme de cloche.
Pendant le travail de vannerie nous allons aborder les impératifs d’une apiculture naturelle.
Une visite d’observations des ruches est également comprise dans le programme, mais celles-ci seront dépendantes de la météo.
Chaque stagiaire repart avec sa ruche. Toutes les fournitures pour la ruche sont incluses (paille, base en bois, cordelette) dans la prestation ou cueillies sur le terrain.

stage de tressage de ruches en Bretagne le 30/31 mars 2019

stage de tressage de ruches en paille en Lozère le 25/26 avril 2019

2 réponses à “Stages de fabrication de ruches en vannerie

  1. Bonjour,

    Merci pour cette belle proposition de stage! Malheureusement je ne peux pas me rendre disponible à ces dates mais je suis fortement intéressé pour participer à ce type de stage.
    Y’a t-il d’autres dates durant cette année 2019?

    Merci d’avance de votre réponse!

    Cordialement,

    Augustin

    1. Bonjour,
      nous n’avons pas d’autres dates cette année mais il y a d’autres vanniers qui proposent ce genre de stages. Regardez les propositions de la glaneuse Yolande Madiot ou éventuellement Les petites ruches. Cordialement la rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *