Des abeilles devenues addictes aux sucres raffinés…?

Abeilles en liberté a choisi de consacrer son dossier principal du numéro 4 à la polémique du sucre – le nourrissement des colonies, si oui, pourquoi et comment?

Des étals des boulangeries au lieu des fleurs

Après les sécheresses à répétition, l’automne est l’ultime occasion pour les pollinisateurs de bien se préparer à l’hivernage. Le lierre couvert de fleurs attire une assemblée disparate. Mouches, guêpes, abeilles mellifères et solitaires, papillons, punaises, et petits coléoptères viennent s’y bousculer et se délecter de nectar et de pollen.
Au trou de vol de nos ruches quelques scènes de pillage surprennent. Elles nous montrent que, comme toujours dans la nature, les animaux, insectes compris, choisissent la voie de la facilité. Ceux qui prétendent que les abeilles sont programmées pour travailler dur en sont pour leurs frais ; elles ne sont laborieuses que si les circonstances l’exigent… D’ailleurs, que se passe-t-il à la pâtisserie toute proche ? À l’instar des guêpes, leurs cousines, voilà que les abeilles habituées au sirop se mettent à fréquenter les étals sucrés des boulangeries-pâtisseries et autres salons de thé… Se pourrait-il qu’elles soient devenues addictes aux sucres raffinés industriels ?

dessin Philippe abeilles

Un apiculteur industriel distribue plus de sucre dit « de nourrissement » à ses abeilles qu’il ne récolte de miel

Ce n’est pas impossible, lorsque l’on sait qu’aujourd’hui un apiculteur industriel distribue plus de sucre dit « de nourrissement » à ses abeilles qu’il ne récolte de miel, on est en droit de se poser la question ! En cause, la généralisation des nourrissements spéculatifs d’hiver pour booster la colonie et en faire une « vache à miel » et l’apparition de
périodes de famine qui s’enchaînent à un rythme de plus en plus soutenu (réchauffement climatique et raréfaction des ressources mellifères). Autant de pratiques et de facteurs conjugués qui incitent à des nourrissements répétés dits eux « de substitution » (sous-entendu aux fleurs mellifères).
Quid dans ce cas de la qualité des miels récoltés ? Elle devient aléatoire, car dès lors que l’on prive la ruche de ses réserves après chaque miellée et qu’on les remplace par du sucre industriel, le miel n’en est plus. C’est ce que constate le laboratoire d’analyses d’un grossiste vendeur de miel de qualité*, installé au pied des Pyrénées. Désormais, il refuse de commercialiser 37 % des lots de miel non conformes à ses exigences, car contenant des résidus pesticides et/ou des pourcentages trop élevés de sucres raffinés !
Plus grave, beaucoup d’apiculteurs prétendent qu’il n’y aurait plus d’apiculture possible sans soins intensifs ! Ce qui, de fait, sous-entendrait qu’il n’y aurait bientôt plus non plus de miel pur nectar… Heureusement, ce constat n’est pas une fatalité.

Des solutions existent,

encore faut-il oser remettre en cause les sacro-saints dogmes de la production intensive et emprunter d’autres voies plus sages. C’est ce que font nos contributeurs, apiculteurs professionnels et vétérinaires dans ce dossier « Nourrissement : du sucre sans état d’âme ». Non seulement ils décortiquent les tenants et aboutissants d’une problématique qui révèle au grand jour les dérives d’un système qui va dans le mur, mais surtout, ils apportent des solutions concrètes pour éviter de tomber dans ce cercle vicieux. Il ne reste plus aux pouvoirs publics qu’à prendre leur responsabilité et à imposer une transparence d’étiquetage « miel produit avec ou sans sucre », pour éviter que le consommateur ne soit à nouveau le dindon de la farce…

pour en savoir plus Abeilles en liberté n°4 en papier ou pdf (accès immédiat) disponible à partir de lundi 28 octobre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *